Une lecture particulière du 'Printzea'
Beatriz Zabalondo

La traduction en langue basque, par Juan Martin Elexpuru, du Prince de Machiavel, Printzea, figura parmi les finalistes des prix Euskadi 2009, l'auteur de cet article faisant alors partie du jury. À ce titre, il nous fait part des réflexions que fait naître la lecture de Printzea, la "musique" renouvelée et partagée de cette première lecture. Cette lecture particulière lui a fourni le prétexte d'un questionnement sur les valeurs et les objectifs de la traduction, et sur la fonction que remplissent les traducteurs basques. Tout en soulignant les compétences d'Elexpuru et les mérites de cette traduction, l'auteur de l'article met volontairement en évidence une erreur du texte : lors de la dernière révision avant publication, le traducteur lui-même s'était rendu compte qu'une phrase était incomplète et avait corrigé cette erreur, mais l'éditeur n'avait pas pris en compte sa correction. À partir de l'incident, l'auteur de l'article pointe la vulnérabilité des traducteurs au sein du monde de l'édition.