Amis infidèles et loyaux
Jaume Cabré

Traduction: Kattalin Totorika

Consécutivement à la réunion des traducteurs de Mercè Rodoreda en décembre de l’année dernière, l’écrivain Jaume Cabré apporte sa réflexion au sujet de la traduction. Pour Cabré la grandeur du travail du traducteur est de se maintenir dans une discrète transparence pour faire en sorte que son texte, celui qu’il a traduit, soit source d’émotions pour le lecteur. Le traducteur veut provoquer chez les lecteurs de sa langue des émotions semblables à celles que provoque le texte original chez les lecteurs du texte original.

L’auteur pointe également dans l’article deux thèmes en rapport avec la traduction : la grande tradition traductologique des langues minoritaires et un phénomène qu’il qualifie de curieux : le vieillissement plus rapide des traductions que des oeuvres originales, ce qui suppose que toutes les deux ou trois générations on traduise à nouveau des oeuvres qui avaient déjà fait l’objet de traductions.

Cabré évoque son admiration pour les traducteurs et l’illustre par la rencontre qu’il eut lui-même, il y a quelques années, avec certains traducteurs de son oeuvre.