Présentation
Gotzon Egia

Traduction: Edurne Alegria

Ce numéro de Senez marque le 20e anniversaire de la parution du premier numéro de notre revue, en effet, c’est en 1984 qu’un groupe de traducteurs pionniers, regroupés autour de l’École de Traducteurs de Martutene eut l’idée de publier cette revue pour la première fois, tâche qui serait reprise plus tard par l’association EIZIE. Nous fêterons tout particulièrement cet événement dans un numéro spécial qui paraîtra prochainement, néanmoins nous avons voulu exposer, dans celui que vous tenez entre les mains, les principales étapes de notre parcours.

Suivant notre habitude des années précédentes, dans une première partie nous vous présentons des traductions de poèmes. C’est un groupe de professionnels qui s’est occupé de les traduire au basque, plus par amour du métier que par intérêt, et leur objectif serait de créer un site web des poésies traduites à l’euskara, cela dans le cadre d’un projet communautaire. Un des promoteurs de cette initiative, le membre de EIZIE, Anton Garikano, nous a aidés à rassembler, sélectionner et préparer la publication de ces poèmes. Nous l’en remercions, ainsi que tous les autres traducteurs qui nous ont permis de vous offrir ce beau recueil.

Dans la section des entretiens, nous avons voulu récupérer la mémoire de la revue, en rapportant les propos de tous les directeurs de Senez qui se sont succédés tout au long de ces 20 dernières années. Le membre de notre association, Fernando Rey, a pris la peine, non pas de faire un travail de modérateur, mais au contraire, de susciter le débat et de l’étoffer.

Nous publions ensuite un commentaire sur la traduction au basque de l’œuvre de Cervantes « Don Quichotte de la Manche », parachevée par Pedro Berrondo, membre d’honneur de notre association ; commentaire que nous avons préparé dans le cadre de l’hommage que la ville d’Oiartzun a rendu à ce dernier, lors du premier anniversaire de sa disparition.

Pour finir, nous reproduisons dans ce numéro le contenu des cours que EIZIE, en collaboration avec le Service Officiel de Traduction (HAEE), a organisés à Donostia du 5 au 7 mai 2004, sur le travail de correction. C’est la première fois que notre association s’est penchée très sérieusement sur la correction et il s’est avéré que ce travail, outre les traducteurs, intéresse aussi les éditeurs et d’autres professionnels. Aussi avons-nous décidé de consacrer ces pages à ces conférences afin de les remémorer à ceux qui ont participé aux cours et d’en informer tous les autres.

Tel est donc le contenu de ce 20e numéro de notre revue. Nous pouvons affirmer, sans crainte de nous tromper, que la revue Senez a été pionnière dans le domaine de la traduction, durant ces dernières années où traduction et traducteurs ont connu un développement extraordinaire. Il ne nous reste plus qu’à souhaiter à notre association et à notre revue le même esprit et le même élan qui les a fait vivre jusqu’à maintenant.